Ligamentoplastie Cheville, Pourquoi, pour Qui?

A 6 mois de mon opération, et grâce à des notes prises tout le long de ma convalescence, je voulais faire une synthèse de mon vécu de ligamentoplastie de la cheville.


Sa vocation est donc d’informer, ce n’est pas un modèle de l’opération type, de nombreuses variantes et variations existent, depuis le type d’anesthésie, la méthode utilisée, jusqu’au temps de récupération !!


Ceci est juste un résumé de MON opération, et de MA convalescence, mon témoignage, en somme.
Cet article se repose donc sur

·        Principalement, mon expérience 

·        Les entretiens que j’ai pu avoir avec mon médecin traitant, un médecin du sport, le chirurgien qui m’a opérée, ainsi que des kinésithérapeutes

·        La lecture d’articles « sources » principalement sur le net

 

J'aimerais tout d'abord expliquer brièvement les tenants et les aboutissants, de l'opération, bref pour QUI, POURQUOI, COMMENT !

 

LIGAMENTOPLASTIE PRINCIPES GENERAUX


Les sportifs auront entendus parler maintes et maintes fois de la ligamentoplastie du LCA (genou).

 
Mais pourquoi donc n’entend t’on pas plus souvent parler de cette même opération pour la cheville?! Puisque le principe est le même : rupture de ligament --> greffe ! (méthode de greffe de tendons droit interne et demi-tendineux : DIDT)

La principale différence entre un LCA et les ligaments de la cheville est simple : un ligament croisé est fait d'un seul faisceau de plusieurs cm de diamètre. Lorsqu'il se rompt, les 2 parties se rétractent, et ne se touchent plus, et une cicatrisation spontanée est rarement envisageable.

Un ligament de cheville est composé de nombreux faisceaux de quelques millimètres.

Lors d'une entorse dite "bénigne" de la cheville, certains faisceaux se déchirent. Après du repos et de la rééducation en bonne et due forme, ces faisceaux ce "reforment".
Mais après plusieurs entorses mal soignées, ou plusieurs entorses graves, les faisceaux ne se reforment plus.
Il y a donc rupture (irréversible) de ligament.

 

lle-lla.jpg

 

Une rupture du LCA est souvent dûe à un accident « violent », alors qu’une rupture d’un ou plusieurs ligaments de la cheville est étalée dans le temps, et dûe à plusieurs accidents graves et/ou mal soignés.
L’opération des ligaments croisés du genou est plus fréquente pour plusieurs raisons : Les accidentés du LCA sont souvent des sportifs, qui, s’ils souhaitent continuer à pratiquer leur sport, doivent se faire opérer.
Or, les « accidentés de la cheville » sont majoritairement Mr Tout le Monde : il y en avait 6000 par jour en 2008 ! L’opération ne se justifie donc pas pour les personnes ne pratiquant pas de sport, n’ayant pas d’activité importante, ou de douleurs chroniques depuis plusieurs années.
Dans le cas contraire, on ne la propose pas souvent, mais sachez qu’elle existe, depuis longtemps, qu’elle est répandue pour les sportifs et totalement maîtrisée par les chirurgiens qui la pratiquent !!

 

Tout ça pour en venir à une conclusion, la ligamentoplastie de la cheville est beaucoup moins pratiquée et plus méconnue que la ligamentoplastie du genou, mais elle existe !


 

QUAND L'OPERATION SE JUSTIFIE T-ELLE?


Au quotidien, la rupture d’un ou plusieurs ligaments n’était pas excessivement invalidante pour moi, mais néanmoins m’empêchait de pratiquer correctement mon sport.

Je me tordais la cheville plusieurs fois par mois, j’avais une appréhension en descendant des escaliers, ou en marchant sur un terrain accidenté.

Durant les 10 dernières années, j'avais eu une dizaines d'entorses à la même cheville...(!)

 

En fait, c’est le minimum avant de se faire opérer !!
Quand la pratique d’un sport avec beaucoup d’appuis devient trop douloureuse (au niveau de la cheville), et qu’au quotidien et depuis plusieurs années, on se tord les chevilles, et on a des appréhensions, il faut se décider !

Afin de voir l’état des ligaments, j’ai effectué un arthroscanner : on injecte du liquide de contraste dans l’articulation, on pratique des clichés qui, suivant la trajectoire du liquide, montrent l’absence ou la présence de faisceaux ligamentaires.

Le résultat de mon arthroscanner montrait une rupture des faisceaux antérieur et moyen des ligaments latéraux externes !

 

En résumé, il faut un certain nombre de "raisons" pour avoir recours à l'opération :

  • Episodes antérieurs d'entorses
  • Fragilité actuelle / douleurs lors de la marche ou pratique d'un sport
  • Examens radiologiques (arthroscanner) mettant en évidence une rupture totale de ligament

Si vous remplissez une ou plusieurs de ce paramètres, il est donc temps de se renseigner sur les chirurgiens orthopédiques de votre région !
Je dispose d'une petite liste de chirurgiens ayant pratiqué cette opération avec succès, contactez moi si vous souhaitez en savoir plus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :